Voie de l'âme

On ne peut chercher à guérir le corps sans chercher à guérir l'âme. Platon
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  PartenairesPartenaires  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Annonces

Bonjour jolies âmes,

Pour recevoir la newsletter et commenter les articles veuillez vous inscrire sur le forum.

Lumineuse journée.
Novembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
CalendrierCalendrier
Derniers sujets
» Ma lumière
Mer 6 Sep - 11:48 par Marc

» Le suicide
Mar 5 Sep - 20:16 par Maroi

» L'épuisement vers la dépression
Mar 5 Sep - 20:09 par Maroi

» Les rencontres
Mar 5 Sep - 20:05 par Maroi

» Le bonheur
Mar 5 Sep - 20:03 par Maroi

» Les âmes autour de nous
Mar 5 Sep - 20:02 par Maroi

» Mes ténèbres
Mar 5 Sep - 20:00 par Maroi

» 21 habitudes du bonheur
Mar 5 Sep - 19:58 par Maroi

» La Relation Amoureuse
Mer 26 Juil - 21:10 par Maroi

Facebook
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Les posteurs les plus actifs du mois

Partagez | 
 

 La colère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maroi
Admin
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 02/03/2017

03032017
MessageLa colère

Comprendre la colère

De l’agacement à la fureur, la colère nous fait passer par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, consomme beaucoup d’énergie et n’aide pas toujours à régler nos problèmes. Pourtant, comme toutes les émotions, la colère vise un bénéfice et nous transmet des messages essentiels à notre bien-être et à notre équilibre. Serait-elle finalement bonne conseillère ?

La colère salutaire
Indignation, mécontentement, rage, hargne, emportement, exaspération, les nuances de la colère sont multiples et traduisent toutes une frustration liée au décalage entre la réalité telle qu’elle est et telle que nous voudrions qu’elle soit. La colère intervient quand petits désagréments et grandes emmerdes viennent bousculer ce qui autrement pourrait être un quotidien fluide. Ainsi un train en retard, un entretien raté, un collègue qui ne dit pas bonjour, le petit qui renverse son chocolat ou nos clés qui ont encore trouvé le moyen de se planquer ailleurs qu’à leur place et nous voilà dans tous nos états, prêts à mordre, à bouder ou à piquer une crise.

Mais la colère n’est pas qu’agacement inutile.
Elle peut être salutaire à plus d’un titre : d’abord parce qu’elle nous permet de modifier nos interactions pour éviter de reproduire les situations relationnelles qui la déclenchent, mais aussi parce que dans un sens plus large, elle nous fournit un carburant sacrément puissant pour modifier ce que nous considérons comme injuste, illégitime, pénible etc. Elle est le moteur de bien des engagements, comme par exemple la lutte en faveur de causes importantes à nos yeux, politiques, humaines etc.
Rappelons-nous de l’origine primitive des émotions : les animaux utilisent la colère pour envoyer un message clair, à défaut d’être aimable, à leurs congénères : tu représentes une menace, si tu continues je vais t’arracher les viscères et m’en faire un collier. La colère a donc un double bénéfice salvateur : elle nous informe sur ce que nous percevons comme une menace à notre intégrité physique ou morale, et elle informe l’interlocuteur que son comportement ne nous convient pas du tout.

Exprimer sa colère, ou pas ?
Le soulagement que peut éventuellement procurer le fait de beugler sur son prochain est désagréablement limité dans le temps et ne nourrit pas l’estime de soi (à ne pas confondre avec l’égo vaniteux qui se réjouira, lui, d’avoir pris le dessus). D’autre part, notre communication, sous le coup de la colère, se teinte de nuances agressives qui au mieux, mettent l’interlocuteur sur la défensive (il est alors peu enclin à nous entendre), et au pire, suscitent sa propre colère, et on tombe alors dans le dialogue de sourds. Ce n’est pas la colère en soi qui est mauvaise conseillère, ce sont les réactions qu’elle génère en nous. Et qui peuvent avoir des conséquences encore plus pénibles:
Quand la colère compromet la réussite de nos objectifs
A l’inverse, par peur du rejet ou parce que culturellement nous méprisons la colère, nous pouvons avoir tendance à ne rien dire, à garder pour nous cette frustration rentrée qui construit patiemment un ressentiment de plus en plus difficile à réprimer et mène tout droit au stress. La tension interne augmente jusqu’au jour où ce sera l’explosion nucléaire, à la plus grande surprise de l’interlocuteur qui n’y comprendra rien. D’autant que la colère est souvent un paravent derrière lequel se cache une part de vulnérabilité qu’on préfère éviter de montrer:
• La colère, paravent du même pas peur, même pas mal
Toute la difficulté, avec la colère, réside donc dans le fait d’accepter de la ressentir, pour entendre son message, tout en évitant de réagir à chaud et de nous en prendre à autrui, ce qui est le plus souvent un tantinet contre-productif. Pour exprimer ce qui nous met en colère sans céder à l’emportement, mieux vaut prendre un peu de recul, quitte à s’isoler un moment pour prendre le temps d’écouter le message qu’elle nous envoie réellement et décider de la marche à suivre en fonction.
Entendre le message de l’émotion
Avec le développement de comportements légèrement plus civilisés que celui décrit plus haut, les menaces ont changé mais l’émotion et les réactions qu’elle génère sont restées intactes. Et le décalage entre les deux ne facilite pas du tout le décodage du message transmis. Pourtant, la compréhension de l’information suffit souvent à faire retomber l’émotion et à diminuer l’état dans lequel elle nous met.
Voyons donc de quoi est fait ce message. Rappelons d’abord que comme toutes les émotions, elle nous parle de nous et uniquement de nous, même quand si nous ressentons de la colère vis-à-vis d’une personne, d’une institution, d’une situation etc. Toujours comme toutes les émotions, elle nous signale un besoin insuffisamment comblé. Elle nous indique souvent qu’une limite a été franchie, que nous nous sentons agressés, abusés, floués, que quelqu’un empiète sur nos plates-bandes et elle est donc souvent liée au besoin de reconnaissance et d’affirmation de soi.
Déclenchée par un événement comme un avion en retard, elle nous indique un besoin excessif de tout contrôler, notre incapacité à lâcher prise sur ce que nous ne maîtrisons absolument pas. Ce qui cache sans doute des peurs. : en effet, la colère est une émotion secondaire, c’est-à-dire déclenchée par d’autres émotions comme la peur ou la tristesse.

Passer à l’action
Une fois le message entendu, nous pouvons passer à l’action pour combler le besoin insatisfait.
Par exemple, si une personne a eu l’outrecuidance d’avoir un comportement qui nous déplaît, nous pouvons le lui dire et en l’assortissant d’une demande assertive ou d’une critique élégante, de façon à éviter que la situation se reproduise.
Voici quelques questions destinées à apprivoiser la colère et profiter de ce qu’elle a de salutaire. A utiliser soit en dehors de tout sentiment de colère pour mieux se connaître, soit sous l’émotion pour explorer le message qu’elle nous envoie:
Et vous, qu’est-ce qui vous met en colère ?
Comment réagissez-vous quand vous êtes en colère ?
Ces réactions : quels sont leurs bénéfices ? Quels sont leurs coûts ?
Qu’est-ce que cette colère vous dit sur vous-même ?
Comment y remédier ?

Et comme d’habitude, faisons preuve de bienveillance envers nous-mêmes: il peut nous arriver à tous de céder à la colère et de nous emporter… aussi inutile de nous traiter de tous les noms et de torpiller au passage l'estime de soi. Il est possible que cet emportement nous soit utile, si nous en tirons les leçons;)

A méditer
Un sage hindou qui était en visite au Gange pour prendre un bain a remarqué un groupe de personnes criant de colère les uns après les autres.
Il se tourna vers ses disciples, a souri et a demandé :
– Savez-vous pourquoi les gens crient les uns sur les autres lorsqu’ils sont en colère ?
Les disciples y pensèrent pendant un moment et l’un d’eux dit :
– C’est parce que nous perdons notre calme que nous crions.
– Mais pourquoi criez-vous quand l’autre personne est juste à côté de vous ?, demanda le guide.
– Pourriez-vous tout aussi bien lui dire ce que vous avez à dire d’une manière plus douce ?
Lorsque aucune des réponses des disciples n’était suffisamment satisfaisante pour le sage, il a finalement expliqué :
– Quand deux personnes sont en colère l’une contre l’autre, leurs cœurs sont séparés par une grande distance. Pour couvrir cette distance, ils doivent crier, car sinon ils sont incapables de s’entendre l’un et l’autre. Plus ils sont en colère et plus ils auront besoin de crier fort pour s’entendre l’un et l’autre pour arriver à couvrir cette grande distance.
– Qu’est-ce qui se passe lorsque deux personnes tombent en amour ? Ils ne crient pas à l’autre, mais ils se parlent doucement parce que leurs cœurs sont très proches. La distance entre eux est soit inexistante, soit très faible.
Le sage continua…
– Quand !ils s’aiment encore plus, que se produit-il ? Ils ne se parlent pas, ils chuchotent et obtiennent encore plus de proximité et plus d’amour. Enfin vient un moment où ils n’ont même plus besoin de chuchoter, ils se regardent seulement l’un et l’autre et se comprennent.
Puis il regarda ses disciples et leur dit :
– Ainsi quand vous discutez les uns avec les autres ne laissez pas vos cœurs s’éloigner. Ne dites pas les mots qui vous éloignent davantage, ou bien viendra un jour où la distance sera si grande que vous ne trouverez pas le chemin du retour…

Bonne lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.maroi-h.fr/

 Sujets similaires

-
» Comment gérer sa colère?
» Psychologie de la colère
» sourire et colère
» Colère et peur
» Embrasser sa colère par Thich Nhat Hanh
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

La colère :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

La colère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Voie de l'âme :: Voie de l'âme :: Articles-
Sauter vers: